«

»

Compromis et consensus en amour, est-ce la même chose?

Compromis et consensus en amour comme dans la vie, est-ce la même chose?

Ceci est un article invité de Sylviane du blog S.O.S. stress.

J’ai l’honneur d’avoir Sylviane comme première invitée sur mon blog et je l’en remercie.

Sylviane nous donne toujours de judicieux conseils sur son blog pour gérer et éliminer le stress.  Elle parle par expérience, car elle a dû faire face à de très grands moments stressants au cours de sa vie.

Ici, Sylviane nous parle ici de la différence entre compromis et consensus dans la vie en général puis dans la vie de couple.

Sans plus tarder, je laisse la parole (ou plutôt l’écriture!) à Sylviane.

 

* * * * * *

Est-ce que faire des compromis en amour (et ailleurs aussi du reste) est la même chose qu’arriver à un consensus?

 

Est-ce que faire des concessions pour vous est difficile voire impossible?

 

Avez-vous des difficultés à vous affirmer et est-ce que pour vous dire non relève du parcours du combattant ou est-ce que prendre une décision vous vous plonge dans un abîme de perplexité et de doute?

Si c’est le cas, alors au moment des compromis, l’affaire n’est pas facile pour vous.

 

Alors, compromis et consensus, c’est la même chose ?

 

C’est vrai et faux en même temps car, dans la pratique, on emploie les deux termes un peu comme synonymes et effectivement si vous lisez le dictionnaire, vous pourrez voir dans Le Petit Robert:

 

Compromis = arrangement dans lequel on fait des concessions mutuelles

 

Consensus = accord entre personnes mais le terme compromis peut également désigner le résultat d’un choix entre plusieurs solutions dont aucune n’est totalement satisfaisante

 

Alors consensus ou compromis?

 

compromis ou consensus?

compromis ou consensus?

Plus généralement, on considère la prise de décision par consensus comme la recherche d’une solution de résolution où le compromis doit être une proposition originale qui tienne compte des positions de chacun et qui essaye de satisfaire tous les participants au débat. Ce type de compromis est nommé gagnant-gagnant (Wikipedia).

 

Dans un compromis, les participants sont très rarement contents avec ce qu’ils ont été obligés de concéder, chacun se sentant souvent lésé et perdant, alors qu’il existe une solution qui laissera les deux parties satisfaites. C’est le consensus gagnant-gagnant comme évoqué plus haut.

 

Ici, chacun va peser le pour et le contre et faire preuve de bonne volonté (ce qui ne va pas sans mal parfois) mais les bonnes volontés et la créativité de chacun des participants est mise à contribution pour trouver une solution qui soit positive pour les deux parties.

 

Il ne s’agit plus de « je te donne ceci et tu me donnes cela », ni d’une bataille qu’il faut gagner (toi contre moi) mais d’un processus ensemble dans lequel les deux parties vont trouver un terrain d’entente afin que chacun ressorte content et satisfait.

 

C’est là une notion que j’ai découverte il y a de nombreuses années lors d’une formation avec Claudia Rainville (thérapeute et écrivaine canadienne auteur de nombreux livres comme Métamédecine) dans laquelle participaient des Français, des Belges et des Suisses.

L’exercice :

On venait de découvrir une planète habitable et des terriens allaient émigrer là-bas pour créer une « nouvelle terre » en quelque sorte.

Il fallait donc adopter les lois qui seraient en vigueur sur cette nouvelle planète, en choisir 12 parmi les 24 proposées et donc arriver à un consensus sur ces 12 lois.

Nous étions divisés en 3 groupes et nous voilà tous partis pour trouver le fameux consensus.

Si nous sommes arrivés assez vite sur les 10 lois qui nous semblaient essentielles, les deux dernières nous ont donné du fil à retordre.

Et là, je pense que vous allez rire.

Devinez sur quoi ça coinçait : l’avortement et … le droit à l’adoption par les couples homosexuels (le mariage, lui, avait été accepté par tout le monde).

Dans notre groupe, impossible de se sortir de là (je vous avais dit que vous alliez rire car je pense que ça vous rappelle quelque chose d’actuel, non?)

Douze personnes étaient pour et trois étaient contre. Pas question de transiger ni dans un camp ni dans l’autre…

Bon c’était mal parti mais guère mieux chez les autres qui « butaient » sur les deux mêmes problèmes (comme quoi ça remue ces questions-là).

Le chef du groupe, un architecte plein de charisme et d’autorité, disait aux trois minoritaires : « Mais enfin, c’est la démocratie, nous sommes plus que vous.  Nous sommes la majorité; vous devez accepter notre décision».

Bon, là je vous la fais courte, car nous ne sommes pas du tout arrivés à accord. La démocratie (selon nous) devait gagner et la minorité n’était pas d’accord avec le fait de « s’écraser » au nom de la démocratie.

Bref tout le monde était en pétard; nous contre la minorité, eux contre la démocratie qui ne voulait pas prendre en compte leurs voix.

 

Résultat : Aucun accord. Tout le monde campait sur ses positions.

 

Claudia rigolait dans son coin et nous pas du tout, mais pas du tout même et nous étions tous (les 3 groupes) très remontés contre ces minorités empêcheurs de tourner en rond.

Alors Claudia nous a expliqué comment les canadiens avaient pris en compte les minorités, dont les Inuit, et comment un consensus gagnant-gagnant devait permettre aux minorités de se faire entendre et de satisfaire les deux parties (ou plus).

Tous les belligérants, si j’ose dire, se sont réunis et ont recommencé l’exercice pour que tous les participants se sentent « bien » dans les décisions prises.

La donne était complètement changée et nous avons tout remis à plat et chacun voyait ce qu’il pouvait « admettre » ou pas mais sans rapport de force, sans se sentir « opprimé (par la majorité), sans se sentir « obligé », sans se sentir frustré et en prenant en considération leurs valeurs, les choses sur lesquelles ils ne pouvaient transiger.

Les deux groupes (de chaque groupe) se sont donc entendus et nous avons parlé sereinement des pour ou contre de ces fameuses lois qui fâchaient.

De la discussion jaillit la lumière, si j’ose dire, et à la fin tout le monde était content; les besoins de chacun étaient satisfaits parce qu’ils avaient été entendus et pris en compte (nos politiciens de tous poils pourraient s’en inspirer) (voyez en fin d’article nos accords).

 

Une leçon de vie … pour la vie

Je n’ai jamais oublié cette notion de consensus gagnant-gagnant et aujourd’hui, je l’applique dans tous les secteurs de ma vie et avec tout le monde.

Le consensus vu sous l’angle du gagnant-gagnant amène la tranquillité dans les deux parties (ou plus) car personne ne se sent perdant, ni frustré et chacun est content.

Il n’y a pas de rivalité ou d’épreuve de force ce qui n’exclut pas parfois des débats animés, mais en gardant toujours à l’esprit que les solutions trouvées tiendront compte des besoins et désirs de chacun des participants.

Et si vous mettez cette méthode en pratique partout dans votre vie, avec tous vos interlocuteurs, il règnera un climat de paix et de confiance parce que chacun des intervenants sait qu’il sera respecté dans ses choix.

Donc, nous revenons à nos moutons et à l’amour (vaste sujet).

 

Comment arriver à un consensus avec des exemples

Si par exemple, votre mari/femme aime la plage et vous pas et, depuis que vous êtes ensemble, vous vous coltinez le sable de toutes les plages du monde, il y a de fortes chances que la vue d’un parasol vous donne envie de grimper dans les cocotiers ou ailleurs.

Alors que tout pourrait se régler facilement en parlant autour d’un bon drink, d’un bon repas ou devant le feu de bois :

 

Écoute chéri(e), comme tu le sais, je n’aime pas particulièrement la plage. Alors que dirais-tu d’alterner une fois la plage, une fois la montagne par exemple?

 

La plupart du temps (et c’est surtout valable pour nous les femmes), nous nous laissons embringuer dans un truc sans avoir osé nous affirmer et, ensuite, nous reprochons à notre moitié de ne faire que ce qu’il a envie de faire.

 

Je le sais parce que pendant des années je répondais à mon mari (mon ex) qui me demandait quel film je voulais voir :

Ce que tu veux.

 

Mais après je faisais la tête (je suis polie) parce que, pensais-je « on faisait toujours ce qu’il (mon ex) voulait ».

 

Si vous ne pouvez pas « piffer » le chef de votre mari mais que vous devez lui faire de grands sourires tous les dimanches au golf/tennis/footing, il y a de fortes chances que juste entendre le nom de l’entreprise du boss vous donne de l’urticaire.

Plutôt que de continuer à vous frustrer et vous ficher en l’air la santé, pourquoi ne pas vous asseoir avec votre compagnon et entrer en consensus et lui donner votre ressenti par rapport à cela?

Si votre femme/mari dépense sans compter alors que les comptes sont dans le rouge, il y a de fortes chances que vous soyez pris de maux de tête, d’estomac ou d’autre chose juste en voyant l’enveloppe de la banque arriver.

Alors pourquoi, ici encore, ne pas prendre le temps de parler, de donner votre ressenti et de trouver un consensus satisfaisant pour les deux parties?

Si l’un des deux est un panier percé, cela cache peut-être un malaise plus profond dans le couple et en parler peut éviter une séparation ou de gros problèmes avec la banque.

 

Quelques trucs pour trouver des idées de consensus

Gagnant-gagnant en amour (mais ça sert dans la vie courante aussi)

 

consensus gagnant-gagnant

consensus gagnant-gagnant

1. D’abord bien sûr vouloir que les choses se règlent se façon satisfaisante entre vous et votre compagnon/compagne.

2. Définir le problème ou les problèmes, ce qui : fâche, sépare, chagrine, frustre, ennuie, blesse, cause, problème, etc.

3. Prendre le temps de penser et d’écrire à toutes les solutions possibles (même les plus bizarres ou folles).

4. Voir quelles sont celles que vous gardez et faire une liste numérotée sur laquelle vous allez converser (« on la garde on ne la garde pas ? Oui/Non)

5. Commencer à considérer chaque idée et, à tour de rôle, vous exposez les pour et les contre de chaque point noté sans animosité, sans vouloir convaincre l’autre que c’est votre point de vue qui est le meilleur.

6. Si vous êtes dans l’impasse, recommencez jusqu’à ce que vous trouviez une solution qui puisse satisfaire les deux parties en tenant compte de petites modifications, s’il y en a.

7. Félicitez-vous d’être arrivés à accord!

Je vous donne les résultats du vote consensuel auquel nous étions arrivés lors du séminaire dont je vous ai parlé plus haut.

Dans notre groupe (et le troisième), nous avons « zappé » l’adoption par les couples gays; la minorité ayant trouvé l’avortement plus acceptable que l’adoption et avions repris une loi qui avait été rejetée en première lecture mais faisait l’unanimité en remplacement de l’adoption.

Dans le deuxième groupe, c’était juste le contraire, l’avortement ne passait pas, mais l’adoption par les couples gays était acceptable avec une loi ici aussi, rejetée comme pas importante en première lecture mais adoptée ensuite.

Prendre l’habitude de trouver un consensus gagnant-gagnant dans votre couple vous évitera des non-dits et des frustrations.

Cela vous permettra surtout de vivre en toute confiance avec votre partenaire parce que vous saurez qu’en toutes circonstances vous serez écouté et entendu.

Bien des séparations seraient évitées en procédant de la sorte, non ?

Ce n’est pas à coups de cognée qu’on affermit une bonne entente.

Proverbe des Balari

* * * * * *

Encore merci, Sylviane! 😉

Et la question est lancée : Sur quel(s) sujets dans votre vie de couple êtes-vous arrivé à un consensus gagnant-gagnant?

(Crédit images :  Galerie de Moodboardphotography

(http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.fr)  et

photorack.net)

(35 commentaires)

2 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Jean

    Bonjour Sco! et Sylviane,
    Je ne conçois pas d’appliquer une forme de « négociation » au sein du couple. Comme dans un rapport de force.
    Quand on aime, on accepte l’autre, avec ses comportements, ses défauts et qualités, dans son entièreté.
    C’est comme un héritage, soit on l’accepte, soit on ne l’accepte pas, mais si on l’accepte, on prend l’actif et le passif. Ou plus exactement c’est pour le meilleur et pour le pire.
    Amicalement.
    Jean Articles récents..Voulez-vous attirer de l’abondance ?My Profile

    1. Sco!

      Bonjour Jean,

      Personne n’est parfait (à part soi-même, bien sûr! 😉 et toutes les situations ne sont pas parfaites, mais on doit accepter tel quel tant la personne qui partage notre vie que les situations.

      Oui, s’engager avec l’autre, c’est pour le meilleur et pour le pire, en autant qu’il y ait plus de meilleur que de pire! 😉

      Amicalement,

      Sco!
      Sco Articles récents..Garder son coeur d’enfant, mais pourquoi donc?My Profile

  2. sylviane

    Bonjour Jean

    Accepter l’autre avec qualités et défauts ne veut pas dire accepter tous les désirs de l’autre et le consensus n’est pas une négociation justement mais une entente entre les deux parties ce qui est enrichissant car à partir du moment où l’un n’est pas « écouté » dans ses besoins il y a obligatoirement une frustration qui s’installe et si elle n’est pas consciente des maladies peuvent se déclarer car le corps trouve là un moyen de s’exprimer

    Je trouve que la communication consensus enfin tout ce qui gagnant/gagnant est franchement une excellente façon de vivre en harmonie
    sylviane Articles récents..Exercices et jeux pour aider votre enfant à développer son intuitionMy Profile

  3. Maxime

    Bonjour Sco, Bonjour Sylviane,
    La lecture de cet article me fait penser à la CNV (Communication Non Violente) et à la connexion à l’espace des besoins, qui est la source de tous nos comportements.
    En CNV, le consensus est trouvé par la connexion aux besoins à travers l’expression des ressentis au lieu de se polariser sur la stratégie, sur le faire (choisir une option ou l’autre, aller à la mer ou à la montagne).
    J’ai envie d’aller à la mer, quel besoin je nourris ?
    J’ai envie d’aller à la montage, quel besoin je nourris ?
    Je préfère la mer à la montage, ou l’inverse, quel besoin n’est pas satisfait ?
    La liste des questions peut-être longue.
    Ma pratique de la CNV m’a montré que derrière un désaccord (la partie émergée de l’Iceberg), il y a des besoins bien plus profonds qui s’expriment.
    Et lorsque ils arrivent à être mis en mots et entendus, Ouah, c’est là que la magie opère !

    Vivez un merveilleux WE.
    Maxime
    Maxime Articles récents..Construisez des Relations Authentiques : l’HistoireMy Profile

    1. sylviane

      Bonjour Maxime

      En effet c’est un peu la même chose toujours l’éternel problème mes besoins sont-ils écoutés comme tu dis satisfaits ?

      Mais souvent nous hésitons à les exprimer (pour des raisons diverses d’ailleurs) et les malentendus viennent se greffer là-dessus et provoquent bien des discordes qui pourraient être évitées
      sylviane Articles récents..Exercices et jeux pour aider votre enfant à développer son intuitionMy Profile

    2. Sco!

      Bonjour Maxime,

      Si l’autre a envie d’aller à la mer, c’est parce que, par exemple, l’air salin le régénère et si moi j’ai envie d’aller à la montagne, c’est parce que l’air de la montagne me vivifie, contrairement à l’air salin qui me vide.

      Si je veux profiter de mes vacances et que l’autre veut aussi profiter de ses vacances, il faut regarder nos «besoins» respectifs, comme tu le dis.

      Si je fais la liste de nos besoins respectifs qui pourraient être: de se reposer, de se changer les idées, de changer de décor, de se régénérer, d’être heureux tous les deux à l’endroit où l’on va passer nos vacances. Quelle serait la solution avec la communication non violente?

      Aller dans un spa ni à la mer ni à la montagne? That is the question!

      Amicalement,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Garder son coeur d’enfant, mais pourquoi donc?My Profile

      1. Maxime

        Bonjour Sco,
        En l’occurrence, dans les 2 cas que tu prends en exemple, vous avez le même besoin, c’est celui de se régénérer.
        Ce sont simplement la « stratégie » qui diffère.
        Le compromis, ce serait que vous restiez focalisés sur le côté stratégie, en partant une année à la montage et une année à la mer, ce qui va générer un mal être, chez l’un comme chez l’autre.
        Le consensus, à mon sens, serait de trouver un endroit où le besoin de se régénérer soit bénéfique pour chacun en même temps.
        La question à se poser est la suivante : est-ce que mon besoin est nourri et est-ce que c’est bon pour moi d’accepter ce que l’autre me propose comme stratégie ?
        Le spa serait-il la solution ?
        Ton besoin est-il nourri et est-ce acceptable pour toi ?
        Son besoin est-il nourri et est-ce acceptable pour lui ?
        Si la réponse est oui, c’est la solution, si la réponse est non, la réponse est ailleurs.
        En tout cas, elle existe et cela stimule l’imagination de la trouver !

        Vis une merveilleuse journée.
        Maxime

        1. Sco!

          Bonjour Maxime,

          Merci de ton retour!

          En plus de s’interroger pour savoir si le besoin de chacun des deux partenaires est pris en considération, et si la situation est acceptable pour les deux, il faut de l’imagination!!

          Je pense quand même qu’une personne peut avoir besoin d’aller à la mer et une autre à la campagne et qu’il faudra alterner la destination des vacances, un de ce jours..

          Je compare cela un peu à la nourriture (d’ailleurs, tu parles de besoin nourri ou non). 😉

          Par exemple, je peux avoir faim et avoir le goût de manger des pâtes et l’autre non. Je comprends qu’on peut d’un commun accord décider de manger un riz à la place pour une fois, et nous pouvons tous les deux être satisfaits de notre repas!

          Mais je ne peux pas toujours éviter les pâtes pour le reste de mes jours, juste parce que l’autre aime moins cela que moi ou pas du tout … à moins d’en manger lorsque je vais au resto…

          Et si on transpose cela à la nécessité pour l’un d’aller à la mer (parce qu’il aime regarder la mer, sentir l’odeur de la mer, le vent de la mer, se baigner dans la mer, marcher dans le sable, regarder le coucher de soleil sur la mer) et au besoin pour l’autre d’aller à la montagne, il faudra bien alterner les vacances : une fois à la mer et une fois à la montagne… quand prendre ses vacances chacun de son côté n’est pas une option pour toutes sortes de raisons.

          Amicalement,

          Sco! 😉
          Sco Articles récents..Distance dans un couple: que faire?My Profile

          1. Maxime

            Bonjour Sco,
            Tout est une question de sensibilité !
            Il y a une hiérarchie de besoin qui s’exprime.
            Quel est le besoin en toi qui s’exprime quand tu veux malgré tout accompagner ton compagnon à la mer avec que l’air salin te vide ?

            Vis une merveilleuse journée.
            Maxime
            Maxime Articles récents..Construisez des Relations Authentiques : l’HistoireMy Profile

  4. charlotte

    Bonjour Sylviane et Sco,

    Vaste sujet ! normalement, quand on s’aime, ce problème ne devrait pas exister, hélas chacun sait qu’il n’en n’est rien. Un consensus gagnant gagnant me paraît s’imposer…..

    Bon sujet. Merci

    Charlotte
    charlotte Articles récents..Connaissez vous les dangers du taux élevé de sucre dans le sang ?My Profile

    1. sylviane

      Bonjour Charlotte

      Je crois que l’amour n’est pas obligatoirement synonymes de goûts semblables et le fait de pouvoir parler à l’autre de ses besoins est pour moi un gage de longévité du couple mais hélas ce n’est pas toujours le cas

      Cette conception venue des US du gagnant gagnant devrait bien essaimer en Europe et même partout la compétition à tout va nuit à la santé à l’équilibre enfin à tout
      sylviane Articles récents..Exercices et jeux pour aider votre enfant à développer son intuitionMy Profile

    2. Sco!

      Bonjour Charlotte,

      Comme le dit si bien Sylviane, l’amour n’est pas synonyme de goûts semblables.

      Les couples les plus susceptibles de fonctionner sont les opposés complémentaires, comme j’en parle ici dans ces article :

      http://couple-zero-routine.com/qui-sassemble-se-ressemble/

      http://couple-zero-routine.com/on-ne-tombe-pas-amoureux-personne/

      Il s’agit de personnes qui ont des qualités et des défauts différents : c’est en partie cela, d’après ma compréhension, l’idée du gagnant-gagnant.

      C’est comme si l’un voulait pédaler à l’avant du tandem tandis que l’autre préfère être à l’arrière… Tout le monde est content!

      Amicalement,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Tu as raison, mon amour…My Profile

  5. Nathalie

    Bonjour Sco et Sylviane,

    C’est un très bon sujet d’article et je pense, comme vous, que la discussion et les « arrangements » évitent bien des conflits !

    En ce qui me concerne, je suis très proche de mon chéri et on fait beaucoup de choses ensemble mais depuis quelques temps, il s’est mis à un sport qui prend énormément de temps et surtout un jour de la semaine qui ne me va pas du tout : le dimanche…

    Je sais qu’il se sent mieux depuis qu’il en fait, il a besoin de sport (et c’est bon pour la santé) alors il y va. Par contre, nous sommes arrivés à un accord et il n’y a pas de sport le dimanche si invitation familiale ou autre, juste histoire de ne pas « sacrifier » la vie sociale de ma petite famille tous les week-end. : )

    Est-ce que c’est un consensus ?

    A bientôt les filles et bon week-end !
    Nathalie Articles récents..5 produits naturels contre les piqûres de moustiques !My Profile

    1. sylviane

      Bonjour Nathalie

      Ma foi je pense que oui, vous êtes arrivés à un consensus chacun exprimant ses besoins et cela a l’air de bien fonctionner pour vous deux

      c’est quand les gens ne se parlent pas que les choses commencent à devenir toxiques puisque la frustration s’installe

    2. Sco!

      Bonjour Nathalie,

      Le sujet est évidemment une idée de Sylviane et je l’en remercie encore!

      Il y a tellement de mésententes dans les couples pour des broutilles, qu’on ne pas trop aborder les sujets où il est question de mieux communiquer et d’arriver à s’entendre surtout! 😉

      Merci de nous partager ce qui se passe dans ton couple au sujet du sport, parce que ça semble correspondre à ma compréhension du consensus :

      ton mari continue à faire son sport le dimanche, mais les dimanches où il y a une activité sociale ou familiale au menu, c’est cette activité qui passe avant et vous êtes tous les deux satisfaits de cette entente!

      Amicalement,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Tomber en amour et le resterMy Profile

  6. cécile

    Et oui les filles : l’adaptation et la négociation, il n’y a que ça de vrai! Après, on utilise les moyens qu’on veut…moi je lâche prise. En général une solution apparait toute seule…
    Bises à vous deux,
    Cécile

    1. sylviane

      Bonjour Cécile

      Si la solution arrive tant mieux mais parler de nos besoins respectifs me semble quand même important

    2. Sco!

      Bonjour Cécile,

      Le fameux lâcher prise. Tu devrais nous dire comment faire. 😉

      Il est tellement à la mode de ces temps-ci et peu de gens savent comment…

      Amicalement,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Garder son coeur d’enfant, mais pourquoi donc?My Profile

  7. Philippe

    Bonjour Sco!
    Bonjour Sylviane,

    Merci pour cet excellent article … ce qui ne me surprend pas étant donné tant l’auteur(e) du blog qui accueille, que celle de ces lignes ! 😉

    Le point abordé est crucial, si on doit toujours « ronger son frein », sentir que l’on est spolié ou lésé à chaque fois qu’il s’agit de faire un choix dans le couple, malgré l’aveuglement des premiers temps, la relation est vouée à l’échec à brève échéance !

    C’est un peu ce qui m’est arrivé avec la mère de mes enfants (mon ex) il y a de nombreuses années … sauf que comme j’étais entraîné à la négociation (je vendais de grandes entreprises à l’époque), j’avais acquis par déformation professionnelle une grande force de persuasion … donc c’était en général mon avis que l’on suivait !

    Pourquoi je m’en satisfaisais « étiquement parlant » à ce moment là, c’est un autre débat, il faudrait remonter à un manque de confiance et un manque affectif hérité de mes parents aimés, bienveillants mais ignorants … et puis je n’étais pas vraiment conscient de cela. Quant à la mère de mes enfants, étant donné ma force de persuasion, elle finissait par croire qu’elle aussi voulait le choix que « j’induisais » … un peu comme le tour de magie de « la carte forcée » (on donne à l’autre l’impression qu’il a choisi la carte alors qu’en fait, par manipulation, on fait que ce soit une carte que l’on connaît qui atterrisse dans ses mains…), la relation avait l’apparence de « gagnant-gagnant » …

    Le fait est que très vite je me suis retrouvé moi-même « pris à mon propre piège » … comme c’était toujours moi qui gagnait, je perdais une possibilité de m’enrichir par un avis différent en face de moi et c’était lassant … Bon, je raconte ça un peu en raccourci (malgré la longueur de mon commentaire 😉 ) car la situation était en réalité plus complexe ! 🙂

    Mais en tous cas, cette situation analysée ajoutée à d’autres ultérieures de ma vie m’ont amené à m’ouvrir et à vouloir choisir dorénavant (et pour autant que j’en sois conscient) les solutions dans lesquelles tout le monde gagne, les solutions « gagnant-gagnant » … ce sont les seules qui sont porteuses d’avenir, de futur !

    Encore faut il que ce soient de vraies relations « gagnant-gagnant » et non pas « la carte forcée » ou on a réussi à refiler la carte qu’on voulait à l’autre, tandis qu’il croit qu’il a gagné …

    Voilà chères amies, ben qu’est-ce que vous me faites écrire … pfff, je m’arrête pour laisser de la place aux autres commentaires! 😉

    Bises

    Philippe
    Philippe Articles récents..Verrines Concombre Fromage TomateMy Profile

    1. Sco!

      Bonjour Philippe,

      Je vais te répondre brièvement : je ne savais pas que tu avais été «magicien» dans une autre vie et que tu faisais le tour de la «carte forcée».

      J’aimerais bien apprendre ce truc…

      Je pourrais m’en servir dans ma vie quand je manque de persuasion! 😉

      Merci de nous avoir partagé des moments d’une autre vie par rapport à celle d’aujourd’hui!

      Amicalement et Namasté,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Comment faire durer son couple?My Profile

  8. sylviane

    Bonjour Philippe

    Ah les divorcés nous en avons des histoires à raconter mais je connais l’histoire de la persuasion l’ayant vécue pendant des années mais il est un fait aussi que la responsabilité se trouve (comme pour tout) au milieu

    Je me plaignais que mon ex décidait toujours mais pendant longtemps je lui disais « tu choisis », tu fais comme tu veux » et bien sûr quand les choses allaient mal je ne me souvenais plus du tout de ça!

    Quand j’ai découvert le consensus gagnant gagnant je me suis dis voilà la solution, c’est comme ça qu’il te faut réagir ma grande et avec tout le monde plus besoin de compétitivité ni de besoin d’avoir de l’ascendant sur l’autre, les choses se feront naturellement

    L’ppliqué à tous les secteurs de la vie est quelque chose de très enrichissant
    sylviane Articles récents..Exercices et jeux pour aider votre enfant à développer son intuitionMy Profile

  9. Danièle de Forme et bien-être

    Bonjour Sco, bonjour Sylviane,
    Je suis ravie de vous retrouver ensemble ici.
    Mon expérience du couple fait que maintenant ne voulant pas faire de compromis, j’ai trouvé un consensus idéal. Nous vivons séparément. Chacun fait sa vie sans avoir de compte à rendre à l’autre. Cela fait plus de 15 ans que nous sommes ensemble. si nous avions vécu ensemble nous ne serions plus ensemble (3 ensemble, ça fait beaucoup, tant pis!).
    Lorsque l’on et jeune on a envie de vivre en couple. Pourtant on voit de plus en plus de jeunes femmes qui décident de vivre séparée de leur amoureux.
    De toute façon il n’est pas facile de vivre avec une autre personne.
    Je vous souhaite à toutes deux un merveilleux dimanche.
    Danièle
    PS : Sco, n’oublie pas mon évènement « histoire extraordinaire », je suis certaine que tu as une belle histoire à raconter avec l’humour qui te caractérise.

    1. sylviane

      Bonjour Danièle,

      Merci pour ton commentaire et ton expérience de la vie de couple

      Je suis tout à fait d’accord avec toi la vie de couple n’est pas facile et après 30 ans de célibat (depuis mon divorce) j’avoue être tout à fait d’accord avec toi, vivre séparément (peut-être parce que nous sommes arrivées à nos âges) est la solution la plus adéquate pour que le couple dure

      Bon, il est certain que mes enfants ne l’entendent pas de cette oreille bien sûr mais ils sont jeunes il faut peut-être passer par pas mal de choses pour prendre la décision de faire maison à part
      sylviane Articles récents..Exercices et jeux pour aider votre enfant à développer son intuitionMy Profile

    2. Sco!

      Bonjour Danièle,

      Je me demande comment une jeune femme qui désire avoir des enfants (son amoureux peut avoir le même désir qu’elle) pourrait vouloir vivre séparément de son amoureux.

      Je suppose qu’il s’agit plutôt de jeunes femmes qui ne sont pas encore rendues à l’âge de fonder une famille ou qui n’ont pas le goût d’avoir des enfants!

      J’avoue qu’après un certain nombre d’années, vivre séparément peut être un bon consensus gagnant-gagnant pour avoir une relation de couple qui dure au lieu d’endurer son couple! Je la place celle-là à chaque fois que j’en ai l’occasion!

      Merci aussi de nous partager ton expérience de vie de couple!

      Amicalement,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Comment faire durer son couple?My Profile

  10. Jean-Luc (de Moralotop)

    Consensus, compromis, accord etc
    Finalement qu’est ce qui compte vraiment ?

    Si Tom aime le foot avec ses copains et Alix ses diners de filles, l’important est que chacun fasse ce qui lui convient, dans le respect de l’autre et de l’équilibre général du couple.

    Car une relation équilibrée est une relation qui dure.

    1. sylviane

      Je crois mon cher jean-Luc que l’important est de parler de nos goûts respectifs et de faire en sorte d’accorder nos besoins si Tom aime le foot et Allix les copines ce n’est pas incompatible mais si chacun décide de faire ce qu’il veut sans parler sans communiquer avec l’autre la relation ne sera pas très équilibrée

      L’article est sur la différence entre faire des compromis/frustration et des consensus gagnant/gagnant
      sylviane Articles récents..Une histoire extraordinaire de hasards, coïncidences, synchronicités et de papillonMy Profile

    2. Sco!

      C’est bien cela, Jean-Luc, une relation qui dure au lieu d’endurer son couple, comme je viens de le dire à Danièle! Et v’lan, je l’ai placé une autre fois! 😀

      C’est justement ça le défi : avoir une relation équilibrée! Pour cela, il faut s’exprimer au bon moment, de la bonne manière et ne pas faire tout le temps ses trucs chacun de son côté.

      Par exemple, si Tom joue au foot tout le temps et ne prend pas le temps de manger tandis qu’Alix passe tout son temps à dîner avec les filles (en passant, est-ce que ces prénoms sont courants en France? Je suis plus habituée à Sandrine et Didier…), Tom risque de mourir d’inanition et Alix risque de souffrir d’embonpoint…. et ce couple risque alors de ne pas durer…

      Je sais que tu as le sens de l’humour et ça c’est du gagnant-gagnant!

      Amicalement,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Garder son coeur d’enfant, mais pourquoi donc?My Profile

  11. Christine Votre Efficacite Personnelle

    Bonjour Sylviane, Bonjour Sco,

    Excellent conseil, car il incite à communiquer réellement sur ce que l’on est, pour éviter les frustrations, les non dit, qui finissent toujours par générer des conflits.

    Bien amicalement,
    Christine
    Christine Votre Efficacite Personnelle Articles récents..Être ZEN et éviter le stress au bureauMy Profile

    1. Sco!

      Bonjour Christine,

      Tu as tout à fait raison. Je n’ai même pas à «négocier» avec toi! Tu as raison!

      Les conflits! Qui en a besoin?

      Amicalement,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Garder son coeur d’enfant, mais pourquoi donc?My Profile

  12. Fabrice Béal

    Bonjour Sylviane, bonjour Sco!

    Il existe un exercice qu’Amanda m’a appris, qui consiste pour les deux conjoints à prendre une feuille chacun de son côté et à diviser celle-ci en deux colonnes, pour ensuite écrire :

    Dans la colonne 1 : Mes besoins et mes désirs
    Dans la colonne 2 : Les besoins et les désirs de l’autre

    Une fois cet exercice effectué, le truc consiste à échanger les feuilles et à lire ce que l’autre a écrit. Je l’ai fait une fois et je peux vous assurer que c’est très efficace. En général on se plante complètement pour la colonne 2… Et c’est là qu’on se rend compte que la plupart des problèmes viennent d’une mauvaise écoute/communication.

    Ça permet de remettre les choses à plat, surtout si l’un des deux conjoints a du mal à s’affirmer… Bien sûr, cela demande du courage et beaucoup d’honnêteté…

    Tant qu’on a pas passé cette étape de comprendre / connaître les vrais besoins de l’autre, il est difficile d’arriver à un consensus.
    Fabrice Béal Articles récents..Voulez-vous connaitre le dernier cri en matière de réveil en douceur ?My Profile

    1. Sco!

      Bonjour Fabrice,

      Je trouve intéressant cet exercice de la feuille que l’on divise en deux colonnes tel que tu le proposes. C’est vraiment utile.

      Mais je crois que dans le contexte actuel, je l’utiliserais de cette façon :

      Dans la colonne 1 : mettre nos besoins et nos désirs sur un sujet en particulier (par exemple les vacances)

      Dans la colonne 2 : pourquoi? qu’est-ce que ça nous apporte?

      et on échange notre feuille avec celle de notre partenaire pour voir ses réponses et, à partir de là, on discute les besoins, les désirs, le pourquoi de ceci et de cela pour en venir à un consensus si, au départ, nos idées étaient vraiment différentes.

      Vive le consensus gagnant-gagnant!

      Amicalement,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Garder son coeur d’enfant, mais pourquoi donc?My Profile

  13. sylviane

    Bonjour Fabrice

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi dans la mesure où dans un couple au moment du consensus gagnant/gagnant chacun expose à l’autre ses raisons et besoins mais l’exercice que tu préconises est vraiment bon et je le retiens (pas pour mon mari puisque je n’en ai pas) mais pour d’autres occasions comme les enfants par exemple
    sylviane Articles récents..Une histoire extraordinaire de hasards, coïncidences, synchronicités et de papillonMy Profile

    1. Fabrice Béal

      Bonjour Sylviane,

      Je me suis mal exprimé. Oui bien sûr si on connaît les besoins spécifiques de chacun pour l’objet du consensus, l’exercice n’est pas utile. Disons qu’il peut apporter beaucoup de clarté dans un couple et dans son fonctionnement au quotidien.

  14. natacha

    Nous le consensus gagnant-gagnant, c’est sur les tâches ménagères
    Oui, je sais, y’a plus glamour mais bon…..

    1. Sco!

      Dans un «ménage», il y a des tâches «ménagères» à accomplir. Ce n’est peut-être pas glamour, mais c’est normal!

      Amicalement,

      Sco! 😉
      Sco Articles récents..Garder son coeur d’enfant, mais pourquoi donc?My Profile

  1. Compromis ou consensus en amour et ailleurs c'est la même chose ?

    […]  http://couple-zero-routine.com/compromis-consensus-en-amour/ […]

  2. Les petites choses que la femme cougar doit connaitre pour garder son jeune lionceau - Raconte moi une cougar

    […] la femme mature une certaine présence. Mais aussi une certaine liberté. Il cherche une sorte de consensus entre la femme collante et la femme qui ne se soucie pas de lui. Avec les expériences qu’elle a […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse ».

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.