«

»

Exprimez vos émotions dans votre vie de couple – partie 2

Le fameux «tu» accusateur! 

Voir la première partie de l’article: Exprimez vos émotions dans votre vie de couple.

En couple, il est important d’abord de communiquer et d’exprimer vos émotions à votre partenaire.

Votre partenaire ne devrait pas être juste votre amoureux(se), mais aussi votre complice, votre allié(e), votre ami(e), votre confident(e).

C’est aussi ce que vous devriez être pour votre partenaire. Entre amis, on se dit les vraies choses, non?

Ou, du moins, n’est-ce pas ce que vous souhaitez?

Je sais que toute vérité n’est pas bonne à dire, mais en matière d’émotions, vaut mieux les exprimer que de se faire bouffer par elles.

Comment exprimer votre émotion de colère

1- Dites à votre partenaire ce qui ce qui vous a mis en colère.

S’il en est la cause (bien que l’on soit chacun responsable de ses propres émotions), exprimez-vous en utilisant le «je» jamais le «tu» accusateur.

Je suis en colère.  Je me suis fait engueuler parce que je suis arrivé(e) en retard au bureau.

et non :

À cause de toi, je me suis fait engueuler parce que je suis arrivé(e) en retard au boulot.

Vous savez tous les deux que vous êtes arrivé(e) en retard au bureau parce que votre partenaire n’est pas rapide le matin.

Vous quittez souvent la maison trop tard à cause de sa foutue lenteur.

Si votre partenaire ne reconnaît pas d’emblée que c’est de sa faute  et ne s’en excuse pas en essayant de remédier au problème, vous pourriez lui dire calmement :

Il vaudrait mieux partir plus tôt, car je n’aime pas ce genre de situation qui risque de me faire perdre mon emploi. Et ce n’est surtout pas le temps pour moi de me retrouver sans travail. Qu’en penses-tu?

Si vous entrez dans une discussion du genre :

Tu es trop lent(e) le matin, tu pourrais aller plus vite, j’en ai marre de t’attendre, etc.

Vous risquez de vous engueuler tous les deux, en plus de la réprimande de votre patron. Et ça n’arrangerait rien.

Vous seriez vous-même encore plus en colère et votre partenaire le serait aussi. Deux personnes en colère c’est pire qu’une seule.

Ce n’est pas joli, surtout dans un couple… et c’est pas beau la chicane, disait ma mère…

D’ailleurs, on dit à raison que le «tu» accusateur «tue».

2-Exercez-vous donc à changer une émotion négative en changeant votre comportement.

Dans l’exemple du retard au boulot, vous êtes en colère pour une «raison valable», si l’on peut dire.

Votre emploi est en jeu. Vous avez exprimé votre émotion à votre partenaire en gardant votre calme.

Bravo!

Vous l’avez fait en parlant de vous, de ce que vous ressentez, de la conséquence sur votre vie et non en accusant l’autre.

Vous avez donc fait un pas dans la bonne direction.  Vous pourriez aussi partir le matin chacun de votre côté.  C’est peut-être une bonne solution pour vous.

Bon, vous vivez avec une tortue que vous ne pourrez pas changer en lièvre.  À vous de composer avec cette situation.

Vous ne pouvez changer que vous-même, votre façon de penser et de réagir aux évènements!

3-Des mouvements calmes et une respiration profonde peuvent calmer une colère.

Pensez à la personne qui vient de vous couper en voiture. Que faire?

Prendre une bonne respiration et la laisser filer loin devant vous. Tout simplement. Et tant mieux, car elle a tôt fait de disparaître … Non, ne lui souhaitez surtout pas qu’elle prenne le décor.

4-Observez-vous et tentez de vous trouver drôle

Parfois, si vous prenez le temps de vous observer (comme si vous étiez une autre personne en face de vous-même en train de vous regarder), lorsque la colère s’annonce, vous pourriez même vous trouver comique de vous mettre dans cet état pour si peu.

Le rire est un excellent moyen de désamorcer une situation, toutes les situations en fait.

5- Oui, une situation en apparence dramatique est souvent drôle!

Une situation en apparence dramatique lorsqu’elle se produit fait souvent rire les autres et vous-même après coup.

Vous en doutez?

Vous êtes en voiture. Il pleut. Vous avez une crevaison. Vous n’avez pas de pneu de secours. Votre téléphone portable est en panne. Vous essayez d’arrêter un autre automobiliste pour avoir de l’aide.  Personne n’arrête.  Les voitures vous éclaboussent au passage.  Vous êtes au bord de la catastrophe. Vous arrivez à la maison avec deux heures de retard.  En plus… non… inutile d’en ajouter, il y en a déjà assez…

Lorsque vous racontez votre aventure à des amis lors d’une soirée, je parie que tout le monde en rit, incluant vous-même! Je sais ce n’est pas facile d’en rire sur le coup.

À tout le moins, essayez de garder votre calme et de ne pas vous mettre en colère lorsqu’une situation désagréable se produit.  Votre santé physique et émotive ne s’en portera que mieux.

Apprendre à désamorcer une émotion négative avant d’exploser, ça s’apprend. Il faut le vouloir et s’appliquer à le faire.

[important]Depuis que j’applique le sage conseil du non moins sage Dr Wayne Dyer : I choose to feel good.  Je choisis de me sentir bien, les émotions négatives ont moins d’emprise sur moi. Il pourrait en être de même pour vous.[/important]

Et vous, faites-vous usage du «tu qui tue» lorsque vous exprimez vos émotions?

Avez-vous une technique pour les nommer, les désamorcer, les transformer, en réduire le nombre?

Attention : se mettre la tête dans le sable n’est pas une bonne réponse!

Sco!

Pour lire la première partie : Exprimez vos émotions dans votre vie de couple – partie 1

Crédit image :  http://www.photorack.net/index.php

 

 

 

 

(15 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Patricia@attention bonheur possible

    Après avoir largement utiliser le tu qui tue, je tourne maintenant 7 fois ma langue dans ma bouche avant de parler, et j’utilise bien volontié la CNV. Je dis comment je me sens, ce dont j’ai besoin et je demande à mon interlocuteur s’il veut bien….

    Beaucoup plus efficace comme technique de communication et biensur plus de morts aux alentours !

    1. Sco!

      Allô Patricia,

      Oui, la bonne vieille technique de se tourner la langue sept fois avant de parler. Elle ne date pas d’hier. Mes parents m’en parlaient régulièrement.

      Je suppose que la CNV est la communication non violente. Je ne suis pas familière avec cette abréviation.

      Je ne comprends pas, Patricia, pourquoi tu dis plus de morts aux alentours. Il me semble qu’il devrait y en en avoir moins…

      Amicalement!
      Sco! 🙂

      1. Patricia@attention bonheur possible

        Hello Sco
        Oui, il s’agit bien de la communication non violente.
        Et je ne voulais pas dire plussss de morts, mais plus, dans le sens de moins, de finit, de terminé les morts. Nous sommes bien d’accord.

        Au plaisir de lire tes articles

        Patricia
        Patricia@attention bonheur possible Articles récents..Commentaires sur Les trois électrochocs qui ont changé ma vie par FrédéricMy Profile

        1. Sco!

          Allô Patricia,

          Tu fais bien de me répondre, car je ne l’avais compris dans le sens de «plus du tout».

          Je réalise que le mot «plus» peut vouloir dire «en ajouter» comme il peut vouloir dire en même temps «aucun».

          Quand on s’arrête pour y penser : un même mot qui a deux sens opposés!! 😉

          Spécial, non?

          Amicalement!

          Sco! 🙂

  2. Elisandre (le Royaume Amoureux)

    Bonjour Sco!

    Oh oui l’humour est salvateur !
    d’ailleurs, que font les humoristes, sinon faire rire avec des situations qui, sans humour peuvent faire pleurer !
    finalement les contes de fées, ce n’est pas de l’humour, mais le merveilleux que l’on découvre derrière le parfois très dramatique, ou le manque, la frustration;
    Nous sommes des créateurs, alors à nous de créer au lieu de rester dans les lieux communs !
    A nous de défaire les enchantements, les mauvais sorts;
    d’ailleurs, toujours les memes émotions négatives entraine un sort…

    Elisandre
    Elisandre (le Royaume Amoureux) Articles récents..Comment changer son sort et défaire les enchantementsMy Profile

    1. Sco!

      Allô Elisandre,

      Effectivement, les humoristes utilisent beaucoup des situations dramatiques pour faire rire, comme quoi il est possible de rire de tout.

      Merci de ton commentaire qui nous emmène vers un autre endroit que le quotidien : l’enchantement.

      Namasté!
      Sco! 🙂

  3. Damien@Tutoriaux WordPress

    Hello Sco!,
    on peut dire beaucoup de choses et se faire comprendre sans heurter en utilisant l’humour (et l’auto dérision pour désamorcer des situations conflictuelles, mais ce pourrait être l’occasion d’un nouvel article).

    En tout cas, je vois que tu avances bien : Facebook, twitter, un référencement en progrès. Que du bonheur alors ?

    A bientôt et continue comme cela.
    Damien@Tutoriaux WordPress Articles récents..Préparer la migration d’un blog WordPress – partie 1My Profile

    1. Sco!

      Allô Damien,

      Contente de te revoir!

      Tu as évidemment raison au sujet de l’auto dérision. Je ferai peut-être un article qui va dans ce sens. J’ai quelques idées.

      Amicalement,

      Sco! 🙂
      P.S. Facebook et twitter sont installés depuis quelques minutes seulement et pas encore au point. 😉 J’ai passé l’après-midi là-dessus avec quelqu’un… Merci de tes encouragements. J’en ai beaucoup à faire.

  4. hannah@methode Tipi

    Bonsoir Sco!
    Je crois ce que tu décris est la clé d’une relation viable:
    Savoir parler de ses ressentis à la première personne sans accuser l’autre car tous les petits bazars de couple se jouent à deux!
    Mais savoir aussi que l’autre va faire l’effort de parler à la première personne et se souvenir que ce petit bazar dont il me croit responsable se jouent à deux!
    hannah@methode Tipi Articles récents..Chats, chiens et chevaux, voulez-vous connaître la face cachée de votre animal familier?My Profile

    1. Sco!

      Allô Hannah,

      Je ne suis pas la première à le dire. Je n’ai rien inventé, mais j’essaie de dire les choses à ma manière!

      Le but est de faire passer le message pour que de plus en plus de personnes s’expriment en évitant d’accuser l’autre.

      Amicalement,

      Sco! 🙂

  5. Ecoledubienetre

    Hello Sco!
    Dans tes deux derniers articles je retrouve tous les bons
    Principes de la CNV.
    A force de la pratiquer et de l’enseigner, il est vrai
    Que j’arrive à prendre de plus en plus de recul dans certaines
    conversations.
    C’est appréciable et cela vient avec une forte motivation
    de vouloir de la bienveillance autour de soi!
    Ce qui est vraiment mon cas aujourd’hui .

    Une autre chose qui me tient a cœur : la transmettre à nos
    Enfants .
    Karine .

    1. Sco!

      Hello Karine,

      Je ne suis pas une thérapeute comme toi, qui enseigne la communication non violente.

      Je suis contente que tu aies pris le temps de lire mes articles et de laisser un commentaire sur ce sujet.

      J’ai écrit le tout d’une façon simple selon ma compréhension de la communication (en tenant compte de ma formation en massage polarité et de divers cours et ateliers que j’ai suivis).

      Amicalement,

      Sco! 🙂

    2. Sco!

      Allô Karine,

      La communication non violente ne peut qu’avoir du bon.

      Dommage que je sois trop loin pour assister à tes formations.

      Amicalement,

      Sco! 🙂

  6. Jean

    Bonjour Sco!
    Bien vu ton article. Tu as bien fait de préciser que chacun est responsable de ses propres émotions. En effet, si on prend l’exemple d’une personne qui s’énerve en bricolant parce qu’elle n’arrive pas, supposons, à correctement visser une vis. Elle va s’en prendre à son tournevis en l’insultant et en l’accusant de la mettre en colère. Pourtant le tournevis n’y est pour rien. C’est bien la personne qui produit elle-même sa colère. Pour son conjoint, c’est pareil. C’est peut-être lui qui a un comportement qui ne lui convient pas, mais en aucun cas il est responsable de son émotion. Alors, faut-il vraiment qu’elle exprime sa colère ? Contre le tournevis, peu importe. Surtout si ça la soulage. Mais face à une personne ? tu as donné la solution : l’exprimer en évitant absolument de dire « tu ». Et reconnaître humblement notre faiblesse de s’énerver, et se remettre en question soi-même.
    Moi j’avais un truc, quand je savais à peine parler et que je voyais mon père prêt à éclater de colère, je lui disais « rigole papa ». Et ça le désarmais complètement. 😉

    1. Sco!

      Allô Jean,

      Les enfants savent parfois faire rire les adultes. Je vois bien ta sagesse, Jean, dans les mots que tu disais à ton père pour désamorcer sa colère.

      Avec le rire et l’humour, on peut faire beaucoup!

      Sco! 🙂
      P.S. J’avoue que moi aussi je m’énerve contre des objets et des situations. Un travail de tous les jours. Heureusement qu’il y a l’humour. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse ».

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.