«

»

Homme et femme viennent-ils du même endroit?

Les balbutiements de la relation homme femme

L’homme et la femme ont toujours existé en même temps, sinon nous ne serions pas ici.

Ils ont connu toutes les époques ensemble.

L’un avec l’autre.  L’un contre l’autre.

Il doit y avoir tout de même des points en commun entre les deux…

Au début de l’humanité, la relation entre l’homme et la femme était une «relation de survie de l’espèce» et donc de reproduction…

 

L’important était de se nourrir, de s’abriter et de se reproduire.

 

La relation homme femme n’était aucunement une relation empreinte des qualités du cœur, de réceptivité, de partage et de communication… et encore moins d’humour.  L’enjeu était la survie et la sécurité.

 

L’homme ramenait la nourriture ou plutôt le gibier. Sinon, c’était le gibier qui ramenait l’homme!

 

La nourriture n’était pas sur les tablettes, toute emballée et prête à la consommation!

 

J’imagine la femme en train de dépecer la bête à mains nues et en faire un «repas» rudimentaire digne de l’homme de Cro-Magnon qui rentrait à la caverne après sa journée ou plutôt ses journées de chasse.

 

Pas d’hypothèque ni de crédit sur la caverne.  Le slogan était :

 

Qui trouve caverne s’y loge tant qu’il ne se fait pas déloger par plus fort que lui!  La survie, je vous dis.

 

Et entre deux repas, la femme «élevait» les enfants.

 

C’était le partage des tâches d’une autre époque, heureusement révolue. Évolution oblige.

 

La rencontre de l’homme et de la femme

Comment l’homme et la femme se rencontraient-ils? Personne aujourd’hui n’était là à cette époque pour le dire. Je n’ai rien lu non plus à ce sujet. Pas d’agences de rencontres, pas de sites internet, pas de société.

 

L’homme trouvait-il sa femme par hasard dans un sous-bois pendant qu’il chassait?  Est-ce que l’homme regardait les qualités du cœur de la femme? Évaluait-il son apparence ou ses qualités de cœur?

 

Bien sûr que non! Savait-elle s’occuper du gibier que l’homme rapporterait et pouvait-elle avoir des enfants?

 

C’était la seule question qui importait. Ce n’était même pas une question, en fait, car c’était bien avant l’invention des questions. C’était plutôt un instinct. L’instinct de survie.

 

Évolution de la relation homme femme?

Le besoin de sécurité lié à la survie est resté profondément ancré à l’intérieur de l’homme et de la femme d’aujourd’hui, malgré les siècles d’évolution. Une sorte de gène qui gêne!

 

Lorsqu’il y a conflit entre l’homme et la femme, le besoin de sécurité s’active. Et hop! Apparaît le besoin de contrôler et de confronter l’autre qui découle de ce besoin de sécurité, comme si notre survie en dépendait aujourd’hui tout autant qu’à l’époque de l’origine de l’humanité.

 

Pourtant, aujourd’hui, il y a de la nourriture sur les tablettes des supermarchés.

 

Si vous êtes une femme, vous pouvez aller au supermarché et vous nourrir sans attendre qu’un homme de Cro-magnon vous rapporte du gibier.  C’est simple.

 

Si vous êtes un homme, vous pouvez vous aussi aller au supermarché sans avoir à chasser vous-même ce que vous rapporterez à une femme que vous n’avez pas choisie, parce que c’était la seule à des kilomètres à la ronde (avant même l’invention du kilomètre) et qui ne sait même pas faire une bonne sauce!

 

Autonomie de l’homme et de la femme

De nos jours, tous les deux, autant homme que femme, peuvent assurer leur survie respective : manger, se vêtir, avoir un toit sur la tête.  Par contre, il faut généralement, je dis bien généralement, un homme et une femme pour avoir des enfants. C’est encore la façon traditionnelle.

 

Je sais bien qu’aujourd’hui, il existe des moyens d’avoir des enfants sans être un couple homme femme. Mais c’est une autre histoire.

 

De nos jours, ça coûte souvent moins cher de vivre à deux dans une habitation que seul. Le logement coûte plus cher que la caverne, d’où parfois la tentation de remettre totalement ses besoins de sécurité entre les mains de l’autre, quand on manque d’autonomie monétaire ou… affective.

 

L’autre fournit le gibier des temps moderne : l’argent qui permet de se nourrir, de se vêtir, d’avoir un toit sur la tête et de vivre parfois une vie de rêve.

 

Et même si l’homme et la femme assurent chacun leurs propres besoins de sécurité lorsqu’ils sont en couple, lorsqu’il y a matière à conflit (même si ce n’est pas l’argent qui est en cause), le gène de sécurité refera surface et servira à se défendre.

 

Par exemple, la femme qui se sent en manque de sécurité parce que son homme travaille tard le soir et la néglige pourra avoir une réaction reliée à son gène de sécurité (soit nourriture, abri, reproduction) :

 

  • en privant son homme de relations intimes pour le punir ou le bouder (reproduction)
  • en l’expulsant de leur chambre et en le forçant à coucher sur le canapé (abri ailleurs dans la maison.  N’oubliez pas que la caverne n’avait qu’une pièce. La femme devait probablement expulser son bonhomme à l’extérieur!)
  • en mangeant un pot entier de crème glacée pour «se réconforter» (nourriture)

 

L’homme, quant à lui (disons le partenaire de cette femme) pourra :

  • satisfaire ses besoins d’intimité ailleurs s’il n’en reçoit pas chez lui pendant trop longtemps (reproduction)
  • invoquer les dépenses peut-être excessives de sa femme et à lui couper les vivres (peut-être pas la nourriture, mais au moins la crème glacée)
  • partir du foyer, car, après tout, il travaillait pour le bien de sa femme et de sa famille et il a besoin d’un endroit plus accueillant (nouvel abri).

 

Tout ceci est un scénario moderne de notre gène de survie et de notre besoin de sécurité en action que nous transportons dans nos cellules, hommes et femmes, depuis des siècles.

 

Et lorsqu’un conflit aboutit à une séparation entre l’homme et la femme, on parle de quoi ? On parle de :

  • pension «alimentaire»
  • qui va garder la maison?
  • où iront vivre les enfants et chacun des partenaires?

Tous des besoins reliés à la survie (nourriture et abri).

 

Aujourd’hui, il est possible de prendre conscience de vos réactions reliées à votre besoin de survie et de sécurité pour que ce fameux gène ne vous gêne pas autant.

 

Pour cela, vous devez être en couple pour les bonnes raisons, ne pas faire de compromis sur ce qui est essentiel pour vous et avoir votre autonomie affective et, dans la mesure du possible, financière.

 

Et surtout, prenez conscience des moments où c’est votre besoin de sécurité qui vous fait réagir. La prise de conscience est le début de tout changement et de toute évolution.

 

J’y reviendrai dans un article ultérieur.

 

Si l’on dit aujourd’hui que l’homme vient de Mars et que la femme vient de Vénus, il y a peut-être erreur, car autant l’homme que la femme viennent de plus près… de la même caverne…

 

Et vous, croyez-vous que la relation homme femme a évolué? Et votre relation à vous? Êtes-vous d’accord avec le point de vue de cet article? Laissez votre commentaire.

 

:)

 

Image: couscouschocolat – http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.fr

12 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Jean-Lou

    Bonjour Sco!,

    Ah! la relation « homme-Femme! » Jusqu’à nos jours, quantités d’encre (s) ont été nécessaires pour transcrire sur les parois des cavernes et des supports très divers: l’évolution de l’humanité (donc du couple)

    Nul doute, qu’il faudra encore compter sur le talent d’innombrables scribes pour mettre noir sur blanc, la suite de cette belle aventure humaine et de la composante homme-femme.

    En fait pour répondre à tes questions, je dirai que la complémentarité des deux est indispensable même si effectivement, aujourd’hui « avoir des enfants & construire une famille », n’est plus seulement réservé aux couples hétéro-sexuels. C’est une évolution qui, si elle dérange certains..n’en est pas moins…, une évolution de l’homme sur sa route de l’infini qui se nomme..AVENIR DE L’ESPÈCE HUMAINE!

    @mitiés.

    Jean-Lou
    Jean-Lou Articles récents..Quand la vie et l’avenir se jouent sur des paris improbables!My Profile

    1. Sco!

      Salut Jean-Lou,

      Tu as raison, ce sujet fera verser encore beaucoup d’encre, et s’il ne reste plus d’encre, on pourra toujours taper sur le clavier de l’ordinateur…

      Amicalement,

      Sco! :)

  2. Christian

    Salut Sco!,

    C’est vrai que à l’origine l’homme ramenait de la nourriture à la femme.

    Il a commencé par une pomme. Et c’est là que tout les problèmes ont commencé.

    Avec l’évolution de l’espèce, si il ramène seulement une pomme il y a beaucoup de chance qu’il la prenne dans la sienne.

    Pour leur sécurité, hommes et femmes font souvent la cueillette ensemble désormais. Et ils cherchent surtout
    de l’oseille, plante indipensable par excellence.

    Elle leur permet de faire du troc pour améliorer le confort de leur caverne où ils vivent le plus souvent en couple.

    Certains se réunissent parfois en troupeau mais la morale réprouve ce genre de comportement.

    L’un dans l’autre (hum) l’activité sexuelle est reste identique même si avec le temps, la volonté de se reproduire a sensiblement diminué.

    En effet, les enfants nécessitent beaucoup d’oseille pour leur entretien et en plus, ils restent de plus en plus longtemps dans la caverne avec leurs parents occupant ainsi une partie importante de celle-ci.

    L’homme recherche alors parfois la compagnie de ses semblables ailleurs, dans des cavernes particulière disposant d’une source de breuvage jaune et pétillant lui faisant oublier les vicissitudes de la vie.

    Il s’y rend souvent en revenant de la chasse.

    Pendant ce temps, sa partenaire organise des réunions de femmes dans la caverne essayant de troquer des boîtes permettant de conserver les produits de la chasse (appelées bizarrement tupperware) contre de l’oseille.

    Si la femme ne troque pas assez de boîtes et si l’homme troque trop d’oseille dans l’autre caverne la situation peut dégénérer.

    Ils peuvent alors en arriver à faire caverne à part.

    Mais ils doivent alors, chacun de leur côtés, rechercher de plus en plus d’oseille. Hélas, l’augmentation permanente du nombre de cueilleur entraine une concurrence féroce.

    L’homme se met alors à rechercher une pomme pour attirer une autre partenaire elle-même séparée de son compagnon (ou à la recherche d’un meilleur cueilleur d’oseille).

    Et l’histoire recommence.

    Bien sûr, c’était il y a bien longtemps.

    Les choses ont bien changé. Il est impensable d’imaginer un seul instant qu’une telle situation se reproduise à l’heure actuelle.

    A moins que tu nous expliques cela dans ton prochain article.

    @+
    Christian.

    1. Sco!

      Salut Christian,

      Où as-tu laissé ton gravatar de gars sympathique qui écrit? Parce que pour écrire, tu écris, et au stylo en plus!!!

      Tiens, ça rejoint le commentaire de Jean-Lou qui parlait d’encre!

      Anyway, comment as-tu deviné que je viens d’assister à ma deuxième démo à vie de plats tupperware? La prochaine dans 40 ans pas avant! Il y a de ça chez vous aussi? Décidément, la nature de l’homme et de la femme traverse les océans! Parce qu’on a des pommes ici aussi! mais pas d’oseille, juste du fric et des piasses, des tomates et j’en passe!

      Préhistoriquement!

      Sco! :)

      P.S. Avec cet article et ton commentaire, si quelqu’un tape «caverne» tu sais où et n’aboutit pas ici, il y a un problème!

  3. Christian

    Salut sco!,

    Je me suis coupé en me rasant, donc j’ai supprimé le gravatar 😀

    En fait j’ai voulu changé d’adresse mail pour le blog et , évidemment, je me suis planté
    lamentablement.

    Revoici ma tronche souriante.

    Tu sais que si tu vas sur Google image en cherchant « les meilleurs Gravatar » je suis dans es 10 premiers.

    Enfin, il y aquelque jours encore.

    Fier, fier…

    @+
    Christian.

    P.S.: introduit l’oseille au Canada, tu vas te faire du blé 😀

    1. Sco!

      Salut Christian,

      Et rebienvenue à ta tronche que j’ai vue à l’endroit où tu dis! :)

      Bonne idée pour l’oseille!

      @+
      Sco! :)

  4. hannah@technique Tipi

    Bonjour Sco!
    La survie est aussi transmise par l’arbre, les périodes de famine et d’insécurité…que nous portons encore.
    Je suis d’accord avec le fait que 80 % des problèmes de couple tournent autour de l’exigence de sécurité
    au détriment de la créativité!
    Nous pourrions trouver d’autres espaces que la survie (depuis le temps des cavernes) mais souvent nous avons été ré-identifiés à l’insécurité dans les premiers mois de la vie. Alors, nous croyons être des adultes en couple mais nous sommes souvent des bébés en mal de mère!
    hannah@technique Tipi Articles récents..Itinérance intime dans le désert tunisienMy Profile

    1. Sco!

      Bonjour Hannah,

      En parlant d’arbre, si l’homme (et la femme bien sûr) descendent du singe et que le singe descend de l’arbre, il reste parfois des couples qui tentent de rester en équilibre sur leur branche! Évolution oblige… :)

      Amicalement,

      Sco! 😉

  5. Jean-Luc de Moralotop

    J’ignore si hommes et femmes viennent du même endroit mais je sais qu’ils vont tôt ou tard AU même endroit : le père Lachaise (ou assimilé).

    De quoi leur donner le gout, et l’envie de se rencontrer entre temps !
    Jean-Luc de Moralotop Articles récents..Qu’est-ce qui ne change jamais ?My Profile

    1. Sco!

      Bonjour Jean-Luc,

      Bonne idée de se rencontrer!

      Ne faut-il pas être une célébrité pour aller «s’étendre pour l’éternité» chez Le père Lachaise? 😉

      Amicalement,

      Sco! :)

  6. Luc mister-no-stress

    Salut Sco,
    Effectivement, nous avons des fonctionnement différents.
    Et l’une des voies pour vivre plus en harmonie, me semblent passer par la compréhension que la réaction de l’autre est aussi logique pour elle, que ma réaction est logique pour moi.
    L’une n’est pas meilleure que l’autre.
    Une fois compris la vraie raison qui produit cette réaction, nous pouvons chercher ensemble comment y réagir d’une façon plus agréable pour tous, d’une façon qui réponde aux besoins des 2 en même temps.
    Plutôt que de dire, toi OU moi. Nous pouvons rechercher une solution qui satisfasse toi ET moi.
    Merci et à bientôt
    Luc Mister-no-stress
    Luc mister-no-stress Articles récents..21 jours pour changer de vie avec la sophrologie : Jour 4 : Inspirer du positif (Audio)My Profile

    1. Sco!

      Salut Luc,

      Que de sages propos. Je crois que si tout le monde appliquait ces règles, il n’y aurait plus de conflits ni dans les couples ni dans le monde en général.

      Merci, Luc, de nous transmettre un peu de ta sagesse.

      @ bientôt!

      Sco!

      P.S. Je peux voir par ton gravatar que tu es un homme rempli de calme et de positif… :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse ».

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.